La semaine dernière, une centaine de séminaristes de 2nd cycle des séminaires de l’ouest (Orléans, Nantes, Rennes, Communauté Saint-Martin) se sont retrouvés l’espace de quelques jours pour une session intitulée « Vivre en Chrétiens avec les musulmans : enjeux pastoraux ». Pour accueillir tout ce monde, les Sœurs de Notre-Dame de Charité du Bon Pasteur nous ouvrent les portes de « l’Hostellerie Bon Pasteur ». Lieu magnifique et accueil remarquable !

Loin de l’immédiateté et de la loupe médiatique, nous avons écouté, réagi, échangé avec différents intervenants et entre nous. C’est le Père Henri de la Hougue, du séminaire Saint Sulpice d’Issy-les-Moulineaux et enseignant au Theologicum de l’Institut Catholique de Paris, qui a assuré le fil conducteur de cette session :

  • en nous partageant son expérience des relations entre chrétiens et musulmans.
  • en nous rappelant les données historiques au sujet de la présence musulmane en France.
  • en nous présentant certaines richesses et aussi certaines difficultés qu’ont connues et connaissent les musulmans de France.

Il a fallu nous laisser surprendre par le témoignage de M. Djamel Djazouli. C’est pour moi l’occasion de me rappeler la diversité des formes que l’Islam prend, lorsque cette pensée sur Dieu, lorsque ce vécu de Dieu, s’enracine dans une culture ou dans une personne. C’est l’occasion aussi de découvrir comment pour lui, l’Islam est chemin de réalisation de l’homme. Rien de tel pour nous aider à ajuster nos représentations de l’Islam à la réalité. Rien de tel enfin pour nous pousser à approfondir la foi chrétienne.

Cette session, ce sont aussi Odile et Michel, Paul, Christian, couple, diacre et prêtre, tous nous partageant leurs expériences, leurs convictions, leurs initiatives pour faire grandir la fraternité entre chrétiens et musulmans là où ils habitent, là où ils sont envoyés.

Et avant de conclure cette session par la célébration de la messe autour de Monseigneur Emmanuel Delmas, évêque d’Angers, nous avons écouté des « histoires », celles du Père Henry Fautrad, délégué épiscopal pour les relations avec les Musulmans du diocèse du Mans. C’est avec ses mots que j’aimerais conclure mes impressions sur cette session, des mots qui à mon sens, sont la voix (voie) de la Sagesse :

« L’autre est très différent, et j’ai besoin d’entendre de sa bouche quelle est sa foi,
quelle est sa vision du monde, quelle est sa vision de l’homme ».

Emmanuel, le 13 janvier 2016