Peut-on encore prendre des engagements « sérieux » à l’approche de la quarantaine ?

À en croire un certain nombre de témoignages, le passage de ce cap est à peu près aussi difficile que celui des « 40èmes rugissants » dans l’Océan Indien. Pourtant, c’est bien à l’âge de 36 ans que je décide de m’engager pour toujours dans le célibat consacré au service de l’Église Catholique qui se trouve dans le diocèse de Rennes, Dol et Saint-Malo en tant que diacre en vue du sacerdoce.

Cette décision n’a pas été prise sur un coup de tête ou à la suite d’une déception amoureuse, mais elle a bien été mûrement réfléchie depuis le 8 décembre 2003. En effet, j’ai d’abord commencé mon discernement par 6 ans de vie religieuse avant de m’apercevoir que c’était plutôt en tant que prêtre diocésain que le Seigneur m’attendait. C’est pourquoi j’ai demandé à intégrer le séminaire Saint-Yves de Rennes en septembre 2009 pour débuter un cycle de 7 ans de préparation.

Finalement, cela fait 13 ans que je muris cet engagement. Nous pourrions nous dire que cela fait tout de même beaucoup de temps ? Avant de rentrer dans la vie religieuse, au cours de mon activité professionnelle dans l’horticulture, il fallait attendre minimum 10 ans pour qu’un arbre commence à avoir sa forme d’adulte. Alors qu’est-ce que 13 ans pour prendre une décision qui engage pour toujours dans une vie d’adulte responsable qui veut pouvoir répondre de ses actes au nom de l’annonce du Royaume des cieux ? C’est dans cette disposition que je me prépare à entrer dans l’ordre des diacres le 17 janvier 2016 en l’église de Paramé.

Je confie donc à vos prières tous ceux qui se préparent à s’engager dans une vocation sacerdotale, ainsi que moi-même et je vous assure de la mienne.arbre

Guillaume