Cmichel henry portraite sont d’abord les « ténèbres » qui sont apparues à la lecture de la pensée de Michel Henry pour beaucoup d’entre nous qui développe une phénoménologie de la Vie. Puis la lumière est venue révéler le trésor « invisible » contenu à l’intérieur de chaque homme, à savoir la Vie qui est immanente à chaque-un de nous habités par l’Un véritable et unique.

Son œuvre posthume, Paroles du Christ, publiée en 2002 trois mois après sa mort pose une question : « Est-il possible à l’homme d’entendre dans le langage qui est le sien une parole qui parlerait dans un autre langage, qui serait celle du Verbe de Dieu ? »

Pour nous séminaristes appelés à être des pasteurs voici que Michel Henry vient nous donner une belle méditation : » La Parole de Dieu s’oppose à la parole des hommes au pouvoir plus que limité, quand il n’est pas trompeur. Plus que notre action, notre parole porte la marque de la finitude…A l’opposé, la toute-puissance de la Parole divine est celle de la Vie absolue. L’institution de l’Eucharistie exhibe ce pouvoir : Ceci est mon corps. Lors du mémorial de cette institution, c’est, répétée par le prêtre, la parole souveraine du Christ qui consacre l’offrande. A Capharnaüm, l’économie du salut est exposée en toute clarté. La toute-puissance de la Parole est l’invincible venue de soi de la Vie absolue se révélant à soi en son Verbe. Parce que le Verbe s’est incarné en la chair du Christ, l’identification à cette chair est l’identification au Verbe – à la Vie éternelle. Celui qui mange ma chair et boit mon sang a la vie éternelle ; et moi, je le ressusciterai au dernier jour. »

Merci au Père Norbert-Marie de nous avoir accompagnés des ténèbres à la lumière qui nous ouvre à la Vie absolue qui nous est donnée par Dieu.

Un séminariste du 2nd cycle