Méditation spirituelle de l’Avent

Méditation spirituelle de l’Avent

L’initiative de ce Jubilé par le Pape est un cadeau pour le monde et pour tous les chrétiens ; le message de la Miséricorde divine confié à Sainte Faustine est un message absolument nécessaire pour notre temps, pour notre actualité troublée. Réjouissons-nous en ce 3ème dimanche de l’Avent, réjouissons-nous avec Marie qui exulte en parlant de cette miséricorde divine qui « s’étend d’âge en âge ».

Dans la Bulle d’indiction, le Pape nous indique comme démarche personnelle la méditation et la réalisation de Lc 6,37-38 : « Ne jugez pas, et vous ne serez pas jugés ; ne condamnez pas, et vous ne serez pas condamnés. Pardonnez, et vous serez pardonnés. Donnez, et l’on vous donnera : c’est une mesure bien pleine, tassée, secouée, débordante, qui sera versée dans le pan de votre vêtement ; car la mesure dont vous vous servez pour les autres servira de mesure aussi pour vous ». Le Seigneur nous appelle à une véritable bonté, autre nom de la miséricorde. Dans une communauté comme la nôtre, demandons la grâce les uns pour les autres de nous éveiller à des prises de conscience, de ce qui peut pervertir la vie commune. Je vous en indique trois la médisance, le quant-à-soi et le l’entre-soi. Il nous faut purifier notre vie commune de tous les ferments qui peuvent la corrompre selon l’expression de 1 Co 5,6-8, et seule la miséricorde divine peut en venir à bout. Car
cette miséricorde est la main tendue du Christ pour nous rechercher dans nos diverses impasses, une main qui se laisse transpercer par celui qu’il cherche, trouve et sauve. Ces propos ne sont pas accusateurs, bien au contraire, ils manifestent le cheminement que nous pouvons accomplir ensemble comme la bulle d’indiction l’énonce de manière si réaliste au n°22 : « Nous sommes conscients d’être appelés à la perfection (cf. Mt 5, 48), mais nous ressentons fortement le poids du péché. Quand nous percevons la puissance de la grâce qui nous transforme, nous faisons l’expérience de la force du péché qui nous conditionne. »

2016-12-11T20:53:25+00:00 12 décembre, 2015|Billets spirituels|1 Comment

Un commentaire

  1. Guillon 14 décembre 2015 à 14 h 42 min- Répondre

    Médisance, quant à soi, entre soi; voila effectivement les pièges bien mis en valeur! ça « vaut » aussi en famille, en association, au travail etc…MERCI, de nous avoir permis de guetter ces trois chutes possibles!!

Laisser un commentaire