Conférence du frère François-Marie LETHEL, ocd

Conférence du frère François-Marie LETHEL, ocd

Le frère François-Marie LETHEL, carme, est venu nous entretenir sur 2 grandes figures du Carmel : le père Marie-Eugène de l’Enfant-Jésus, ocd (1894-1967) qui sera très bientôt béatifié et Ste Thérèse de l’Enfant-Jésus et de la Sainte-Face.

Il nous parlait en connaissance de cause puisqu’il travaille depuis de nombreuses années en tant que consulteur pour la cause des saints, à Rome : il s’occupe de lire les imposants dossiers de postulation (première étape d’une béatification) et de rédiger un avis sur la cause de béatification, qui sera croisé avec d’autres puis remis au pape qui pourra dès lors, si les avis sont majoritairement favorables, promulguer l’ « héroïcité des vertus » et déclarer cette personne « vénérable ». La béatification n’interviendra qu’après la reconnaissance d’un miracle attribué à ce(tte) vénérable. Le père LETHEL a travaillé, entre autres, à la béatification du père Marie-Eugène et pour la déclaration de Ste Thérèse de l’EJ comme Docteur de l’Eglise.

Voici quelques points développés lors de cette conférence :

– Ste Thérèse, experte en scienta amoris (science de l’amour) selon l’expression utilisée par Jean-Paul II, place Jésus au centre : « C’est le Soleil qui illumine sa vie ». Cette amour de Jésus prend sa source dans l’Eucharistie et dans la Bible. Dans l’Eucharistie parce qu’elle portait un ardent désir de la communion fréquente ; dans la Bible, qu’elle lisait assidûment alors que ses contemporains y portait un moindre intérêt.

– Ste Thérèse est aussi un exemple de la pratique intense des 3 « vertus théologiques » : Foi, Espérance et Charité, « unique moyen de l’Union à Dieu et de la vie mystique » (St Jean de la Croix). De ces 3 vertus, c’est l’Amour qui est le plus grand car il permet dès ici-bas (et dans l’éternité) d’entrer dans un cœur-à-cœur avec Dieu. La Foi et l’Espérance trouveront leur achèvement au Ciel, où nous aurons la vision directe de Dieu, face-à-face.

– Pour Ste Thérèse, le cœur humain vibre de 4 cordes : celle d’Époux(se), celle de Père (Mère), celle d’Enfant et celle de Frère (Sœur). Alors que le monde actuel nous porte à mettre l’accent sur les dimensions filiale et fraternelle de l’amour en Jésus, Thérèse nous rappelle que nous sommes appelés à aimer Dieu aussi avec les dimensions sponsale et parentale de notre cœur.

– Ste Thérèse est une « âme pour toutes les âmes » : elle participe, à la suite de Jésus et en lui, à porter le poids et les conséquences du péché de son temps, ici l’athéisme, en traversant une nuit de la foi durant les dernières années de sa vie.

– Le père Marie-Eugène a compris très tôt l’importance de l’oeuvre de Ste Thérèse de l’EJ et il la place dans son ouvrage majeur (« Je veux voir Dieu« ) au même rang que St Jean de la Croix et Ste Thérèse d’Avila, les grands réformateurs de l’Ordre du Carmel.

Mathieu CORSON

2016-12-11T20:53:25+00:00 3 octobre, 2016|Témoignages|0 commentaire

Laisser un commentaire